Innovation : Scopéli, le supermarché bio coopératif nantais en projet

En projet à Nantes, avec ouverture espérée fin 2017, un supermarché bio où les clients ne le sont pas seulement : consom’Acteurs, ils participeront au fonctionnement de la boutique pour réduire les frais… En échange des prix très avantageux pour plus de 5 000 produits bio de qualité : alimentation, cosmétique, entretien, consommable… Et du local, au maximum !

Si le concept est précurseur à Nantes, il ne l’est pas de l’autre côté de l’Atlantique… Le supermarché Park Slope Food Coop à New York est un modèle en son genre depuis 40 ans déjà !

On constate un fleurissement de ce concept en France et 2017 verra la naissance de ces supermarchés d’avenir : en parallèle de Scopéli à Nantes, La Louve à Paris est le premier supermarché coopératif et participatif de France à ouvrir ses portes depuis novembre 2016. Des projets similaires mûrissent également à Bordeaux (Supercoop), Toulouse (La Chouette), ou Lille (Superquinquin). L’économie participative a de beaux jours devant elle…

Source : Nantes: Scopéli, le supermarché bio où il faudra travailler pour être client

l’Economie Sociale et Solidaire rejoint le mouvement e-commerce !

schema-projet-shop&coopShop&Coop : un projet innovant pour fédérer les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) en leur proposant de vendre leurs produits éthiques, solidaires sur une plateforme web dédiée. Shop&Coop n’est pas juste une plateforme web, elle se veut coopérative : les clients sont aussi acteurs du projet. Une e-boutique collaborative qui saura séduire puisque […]

Source : l’Economie Sociale et Solidaire rejoint le mouvement e-commerce ! –

Le boom des supermarchés collaboratifs

supermarché collaboratif

En apparence, le supermarché est tout ce qu’il y a de plus classique. En apparence seulement car le mode de fonctionnement est complètement différent. À commencer par les clients qui n’en sont pas vraiment, ce sont des adhérents, des coopérateurs. Pour devenir coopérateur, il faut avancer une petite somme de 20 à 100 euros en fonction du supermarché. En cas de départ, l’adhérent récupère la somme engagée et les parts sont proposées à un nouvel arrivant.

Il faut aussi donner de son temps, trois heures par mois en moyenne, car les épiceries sont auto-gérées. Ainsi, les adhérents tiennent la permanence, expliquent le fonctionnement aux nouveaux, mettent en rayon… et effectuent toutes les tâches d’une épicerie classique. Les profils des coopérateurs sont variés mais tout le monde est sur le même pied d’égalité.

Source : Le boom de ces épiceries où l’on travaille pour consommer

Yes We Green : une appli pour consommer local

Vous désirez modifier vos comportements et votre consommation, mais vous ne savez par où commencer ? Pour faciliter cette quête, et répondre, ainsi, à la question, Karine Niego, une ancienne journaliste, a imaginé un outil numérique pratique : un site web et une application mobile, Yes We Green, qui permet de vous géolocaliser et de dénicher à proximité les endroits prônant le fait main, les circuits courts, où que vous soyez, en France : au travail, à votre domicile, en vacances, chez vos amis…

Source : Dénichez des adresses pour consommer local – UP le mag